KikouBlog de Say - Mars 2012
Say

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Mars 2012

Le chant de l'Allée des Cygnes

Par Say - 25-03-2012 15:44:55 - 7 commentaires

Paris, quais de Seine cette semaine

Le lecteur MP3 est vissé dans mes oreilles et me vrille un torrent de mélodies plus ou moins symphoniques. Ma foulée est trop lourde pour mériter ce nom donc on va dire que ce sont des pas que j'aligne l'un devant l'autre. Je souffle, souffre. Ca ne fait que 20 minutes que je suis parti. Je dois plafonner à 8Km/h et ma respiration est proche de la chaudière en surchauffe. Mes pieds sont en feu : ils n'avaient plus vraiment l'habitude de se retrouver confinés dans ces baskets aux semelles lisses. Je suis sûr qu'à l'arrivée je vais y trouver de quoi éclairer Paris pour une semaine...

Mais aujourd'hui, je men fous. J'avance. Les voitures disparaissent de ma vue et sont souvent obligées de s'arrêter pour ne pas m'écraser sur les passages piétons (excusez moi de vouloir partager la ville). Je descend l'escalier du Pont Bir Hakeim. La raie des fesses de la statue de la liberté se devine cachée par ce rayon de soleil que j'ai de face et qui brouille ma vision.

C'est à ce moment là que tout déraille. Deux paires de baskets me contounent de part et d'autre. Je ne les avais pas entendues avec mon appareillage pour autiste. Pas grave, dépassez moi que je vous oublie. Mais non contentes de me déposer, elles ralentissent et se gloussent de mon allure vintage loin des canons moule burne. Je décide de prendre leur roue sur cette allée. Elles accélèrent pour me lâcher. On doit royalement cartonner à 12Km/h. Non mais c'est tout ce que vous avez?!? Au poker on peut bluffer quand on a rien dans son jeu mais là on va faire "tapis" pour voir ce qu'ils ont dans le slibard. L'allée des cygnes est une ile articifielle d'environ un kilomètre et qui se finit par une petite montée de 100m à 7%. Pas de quoi fouetter un chat. J'allonge le pas moi aussi. Les baskets neuves en font autant mais stoppent sans prévenir en haut de la petite butte. Leurs occupants sont à l'équerre, cramoisis.

J'ai gagné. Pas de quoi me réjouir ni me rassurer sur mes faibles capacités du moment en course à pieds. Non, en fait, j'ai retrouvé la joie de sentir le sol défiler plus vite sous mes pieds quelques instants grâce à ces deux "pête sec plus haut que son derrière". Je peux désormais ranger les oreillettes et profiter du plaisir de faire un footing. Pour eux par contre, c'était le chant de l'Allée des Cygnes...

 

Voir les 7 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 90517 visites