Masked Jackal - Première partie
Say

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Masked Jackal - Première partie

Par Say - 25-10-2007 23:13:42 - 5 commentaires

"Dance with the dead in my dreams

Listen to their hallowed screams

The dead have taken my soul

Temptations lost all control..."

 

Pablo hurle dans les oreillettes de mon lecteur mp3. La peur, les cauchemars, la nuit et la réalité sont entremêlés en une seule chanson. J'aime ce cri rouge non pas de sang mais de vie qui irradie le gris des trottoirs de la capitale quand je cours. Aujourd'hui, au programme c'est une sortie au feeling d'une heure. J'ai décidé d'aller jouer au hamster sur les pistes blanchâtres du jardin des Tuileries. Et ce genre d'aide musicale m'est alors utile pour assumer la monotonie des paysages urbains informes qui reviennent invariablement comme un décor de vieux films qui passe en boucle.

 

"mr gein, its not any fun anymore

i dont want to play anymore mr gein

mr gein? lemme out of here mr gein

lemme out, lemmmmeee oouuuuuuttt!!"

 

La jeune femme de la chanson lâche son dernier souffle. On pourrait imaginer des volutes bleutées sortant d'un placard telles les traces d'un feu follet. Effrayant, touchant. On a envie de l'ouvrir et de la sauver mais on est si loin de tout, si loin de soi quand on se laisse aller à ne plus écouter les appels des autres. Alors on court, on court, comme pour essayer de la rejoindre, mais on n'attrape que le vide, le silence de la fin d'une chanson. J'enjambe la passerelle du quai Solférino qui fait le grand écart entre les berges de la Seine. Je vole dans le ciel, enfin, j'en ai l'impression. Mes poumons sont en feu et mes jambes se sont muées en ailes de cire. Oui, je pense à Icare et je sais que je ne vais pas tarder à exploser à cette allure.

 

Contact

La descente insignifiante, sombre et froide de la passerelle coïncide donc avec le silence de la fin de cette chanson. J'ai 3 secondes pour reprendre mes esprits avant qu'une voix venue de Suisse cette fois ci ne me pousse encore à me mettre en surrégime. Contre toute attente, une mélodie toute simple m'arrive comme une brise venue de ma droite. 4 à 5 notes tout au plus qui viennent percer les acouphènes laissés par la cacophonie des voitures qui furètent à toute allure le long de la voie rapide. C'est du violon. L'harmonie d'une partition solo que je ne connais pas, loin des classiques Pachelbel et autres. L'artiste joue tellement juste que ce n'est plus la grisaille habituelle de ce passage venté qui m'accueille mais un parterre tel une prairie en fleur. On a beau dire que la vue est le principal des sens, sans la poésie de la Musique, le monde ne mérite que d'être vu à travers des lunettes de soleil.

Instinctivement, je retire mes oreillettes et je m'approche, intrigué d'en savoir plus sur cette personne qui a réussi à capter mon attention comme jamais.

Billet précédent: Le pigeon et le coureur
Billet suivant: Interlude pour vous faire patienter

5 commentaires

Commentaire de béné38 posté le 25-10-2007 à 23:16:13

Alors Coli, c'est qui ??

Commentaire de Say posté le 25-10-2007 à 23:34:24

Première partie ce soir Béné, la suite sera pour demain... ;-)

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 25-10-2007 à 23:45:39

Say, où "comment nous faire languir..." ;-)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 26-10-2007 à 07:30:26

Arg ! La suite ! Beau style mais on en veut plus. Dis donc, tu ne serais pas aussi atteint du syndrôme du Khanard toi aussi ?

Commentaire de Khanardô posté le 26-10-2007 à 12:17:25

Say, tu pousses, là ! Avec tout le temps que t'as passé sur Kikourou l'autre soir t'aurais pu mettre la suite ! On va devoir languir et attendre maintenant (et je pars en vacances 1 semaine, je te dis pas...)
En tout cas ça commence bien ton "à suivre" !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.24 - 90883 visites